Ziya MOJ N’KAA, au cœur de la prise en charge des jeunes entrepreuneurs Lualabais

KWETU MAGAZINE : Qui est Mme Ziya ?
ZIYA MOJ : Madame Ziya MOJ N’KAA est la Présidente des jeunes entrepreneurs du Lualaba et des nouvelles technologies (haute technologie et NTIC) à la FEC LUALABA ; Elle est Chef de Projet (CP) du Programme Accès (programme qui vise à faire accéder la femme au commerce international), elle est également formatrice certifiée du programme Accès, Expert en plaidoyer du programme Christian Aids, ADG de l’entreprise PERCEE SARL, mariée et mère de six enfants.

KM : Mme Ziya, pouvez-vous expliquer en des termes simples ce qu’est la FEC et quelle est sa mission ?
ZM : la FEC « Fédération des Entreprises du Congo » est une ASBL qui réunit toutes les entreprises (Grandes, moyennes ou petites) et dont l’objet social est de promouvoir, représenter et défendre les intérêts des entreprises membres. Elle est une Chambre de commerce, d’industrie, de mines, de métiers, d’artisanat, d’agriculture, elle est également un syndicat patronal.

KM : Pouvez-vous premièrement définir les critères que doivent remplir ces jeunes entrepreneurs pour être éligibles par votre commission ? Y a-t-il un âge fixé pour être appelé jeune entrepreneur ?
ZM : La commission des jeunes entrepreneurs reçoit tous les entrepreneurs hommes ou femmes œuvrant dans le formel, c’est-à-dire en règle avec les documents étatiques (Patente, RCCM, N° d’impôts, Identification National, etc.) de tous secteurs d’activités formel et non criminel. Jeune entrepreneur veut dire Startup (ceux qui démarrent une activité économique), la jeunesse étant un état d’esprit, nous recevons tous les débutants en vue d’un encadrement efficace visant la création d’une classe moyenne ainsi que la création de l’emploi et des richesses. Elle encourage les entrepreneurs de l’informel à formaliser leurs activités et leur facilite l’accès aux documents étatiques et en fait des membres à part entière. Une cotisation annuelle nous qualifie pour adhérer à la FEC et bénéficier des informations sur les opportunités d’affaires, des formations, expositions, conférences etc.

KM : Quels sont les avantages que tirent ces membres qui s’affilient à la FEC
ZM : En tant que Chambre de Commerce, d’industrie, de mines, d’artisanats, d’agriculture, de métiers ; la FEC

– Assure la défense des intérêts des entreprises
– Coopère à l’élaboration et à la mise en œuvre du programme de développement économique et social du Pays
– Œuvre à l’établissement d’un climat favorable entre l’entreprise, ses travailleurs et les organisations syndicales.
– Représente auprès des pouvoirs publics, des organismes nationaux et internationaux des activités commerciales, industrielles, sociales ainsi que les employeurs
– Assume les fonctions de chambre de commerce, d’industrie, de mines, d’agriculture, d’artisanat ainsi que d’organisation professionnelle des employeurs.

En tant que Syndicat Patronal :

– Assiste ses membres lors des négociations des conventions collectives
ntervient en cas d’abus des intérêts des membres et des tracasseries administratives et policières : fermetures arbitraires, expulsion arbitraire ; jugements iniques, pénalités fiscales injustifiées, etc.
– Apporte son assistance en cas de conflits sociaux (individuel et collectif) et assure la représentation de ses membres au niveau de la commission de conciliation et de la commission de médiation
– Participe aux travaux de la commission nationale de travail, pour les étrangers, au Ministère de Travail et de Prévoyance Sociale
– Représente le secteur privé national dans les négociations avec les différents Ministères.

KM : Quels sont les domaines d’activités les plus exploités par les jeunes entrepreneurs que vous encadrez et pourquoi cet afflux vers ces domaines ?
ZM : Nous remarquons un afflux massif dans l’artisanat minier, le commerce général… de plus en plus de jeunes commencent également à se plonger dans les nouvelles technologies qui sont aussi une source de création de richesses, on retrouve également quelques-uns dans la construction.

Notre bataille est pour la diversification des secteurs d’activités. Il y a énormément à faire et chacun de nous possède un don. Nous achetons beaucoup de choses à l’extérieur du pays alors que nous pouvons les produire nous-mêmes si nous le souhaitons. Rien de facile n’a vraiment de valeur, le sacrifice paie et procure de la fierté. Il est temps de comprendre que nous devons chacun être impliqué dans le programme de développement durable en commençant par mettre de l’ordre dans nos pensées, notre connaissance, notre savoir-faire etc.
En commençant dans nos maisons, avenues, quartiers, villes, etc.

Il est temps de nous mettre sérieusement au travail et arrêter de vivre dans la dépendance. Faisons une sérieuse étude du marché et choisissons de produire en fonction de nos capacités. Créons les marchés entre nous et soyons compétitifs (qualité-prix).

Très souvent nous voulons tous faire la même chose et finissons par nous détruire le marché. Nous invitons donc les entrepreneurs à plus d’innovation et de solidarité. Nous n’y arriverons que si chacun de nous manifeste la bonne foi, l’honnêteté ainsi que l’amour du prochain qui renferme toutes ces valeurs. Rien n’est impossible! Regardons autours de nous et si les 9 Pays voisins y parviennent, cela veut dire que nous pouvons faire mieux !!!.

KM : Kwetu Magazine étant un jeune média évoluant dans la province du Lualaba, que pouvez-dire par rapport à ce bébé dans lequel vous avez la primeur d’être interviewée et surtout que c’est le tout premier numéro ? Que pouvez-vous donner comme conseils, recommandations et souhaits ? Quel apport pensez-vous que Kwetu Magazine peut apporter à la FEC Lualaba et aux entrepreneurs toutes catégories confondues ?
ZM : Je suis tout d’abord fière de voir qu’au Lualaba, les jeunes entrepreneurs s’investissent dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et de voir naitre ce Magazine qui certainement informera des réussites et autres actualité de la RDC et du LUALABA au monde entier mais également suscitera l’intérêt des investisseurs, touristes, partenaires Win-Win pour une RDC prospère dont le LUALABA, Province Pilote, sera participative.

Je souhaite donc plein succès à Kwetu Magazine, notre Magazine. Mettez du sérieux, de l’organisation, des stratégies en place et fixez-vous des objectifs à atteindre. Soyez respectueux des lois et maitrisez vos droits. Regardez vers un avenir positif pour la RDC et parlez de ce qui édifie. Soyez objectifs et contribuez à l’unité, l’entente et le développement de la Province et du pays. Que DIEU bénisse votre travail. Merci infiniment pour l’intérêt que vous me portez et pour la grâce d’avoir la primeur d’être interviewée dans ce premier numéro de Kwetu Magazine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *